Programme d'actions

Le programme d'actions pour le rééquilibrage du lit de la Loire entre Nantes et Les Ponts-de-Cé vise à aider le fleuve à retrouver un nouvel équilibre plus favorable aux milieux écologiques et aux usagers de la Loire.

Principes d'intervention

Les attentes exprimées par les acteurs et usagers ont conduit à privilégier la recherche d'un nouvel équilibre morphologique plus favorable aux milieux écologiques et aux usagers. Cependant, la Loire ne peut retrouver seule cet équilibre, compte tenu de sa pente actuelle, trop forte pour piéger les matériaux venant de l'amont, et des faibles apports amont de sable. La stratégie retenue s'appuie donc sur les principes d'intervention suivants :

  • Remise en mouvement du sable accumulé sur les grèves, entre épis et dans les bras secondaires (volume piégé de l'ordre de 18 millions de m3).
  • Maintien des sédiments libérés, dans le lit de la Loire en amont de Nantes.
  • Réalisation d'un aménagement au niveau de Bellevue pour contrôler les pentes du lit du fleuve et assurer une transition avec les fonds de l'estuaire.

Construction du programme d'actions

La construction du programme a été guidée par les logiques suivantes :

Logique spatiale

Cette logique, déclinée ci-dessous d'aval en amont, tient compte des spécificités locales et des évolutions tendancielles des différents secteurs.

  • Bellevue - Oudon : faire remonter la ligne d'eau pour en réduire la pente et assurer une transition avec les fonds de l'estuaire. Ceci implique de réaliser un aménagement sur le secteur de Bellevue ; une remobilisation des sédiments stockés sur les grèves est également recherchée pour réengraver le lit.
  • Oudon - Ancenis : sur ce secteur où la tendance à l'érosion est la plus marquée, arrêter l'incision par un apport extérieur de matériaux dans le lit, la réouverture du bras de l'Ile Neuve Macrière et une remobilisation des sédiments stockés sur les grèves.
  • Ancenis - St-Florent-le-vieil : remobiliser des sédiments stockés sur les grèves.
  • St-Florent-le-vieil - La Pointe : sur ce secteur où les évolutions tendancielles du lit sont limitées, mettre en oeuvre des mesures conservatoires de réouverture de bras secondaires.

A noter qu'un agrandissement des sections d'écoulement, par remodelage d'épis ou réouverture de bras secondaires, est une solution intéressante pour ralentir les courants et favoriser le dépôt des sédiments dans le lit. Cependant, il convient de ne pas avoir recours à ce type d'intervention de manière systématique sur tout le linéaire de Loire étudié dans la mesure où il peut générer des baisses de ligne d'eau, du fait de l'étalement de l'écoulement.

Dans un souci de préserver, voire d'améliorer, les fonctions écologiques assurées par les annexes fluviales de la Loire, la conception des actions tiendra compte du fonctionnement hydro-morphologique des bras ou des boires inscrits dans le programme de restauration des annexes fluviales, piloté par le CORELA. Suivant les cas, une amélioration de la connexion de ces annexes avec le fleuve pourra être recherchée.

Logique temporelle

Le phasage des travaux devra assurer une efficacité maximale des actions à long terme, en minimisant la perte de sédiments vers l'aval de Nantes.

Ceci implique de réaliser le plus tôt possible l'opération de Bellevue, structurante pour le programme, et d'intervenir en priorité sur le secteur critique Ancenis - Oudon le plus touché par l'incision du lit.

Caractéristiques du programme

Le programme, réalisé sur 14 ans, est organisé suivant deux phases :

Phase 1 :

  • Opération d'aménagement à Bellevue
  • Suppression des épis dans le bras principal entre Ancenis et Oudon.
  • Amélioration des écoulements dans le bras de l'île Neuve Macrière.
  • Rechargement de sable dans le lit principal au droit de l'île Neuve Macrière.
  • Intervention sur les seuils du Fresne.
  • Prise en compte du fonctionnement de la boire de la Patache et des bras de la Pierre de Drain et des Brevets.

Phase 2 :

  • Raccourcissement des épis au niveau des bancs de l'île Perdue (aval Pont d'Oudon) et de l'île Saint-Simon (amont Pont de Mauves).
  • Prise en compte du fonctionnement des boires du Cellier, Chapoin, Anjou et St-Nicolas.
  • Raccourcissement d'épis entre Saint-Florent-le-Vieil et Ancenis.
  • Amélioration éventuelle des conditions d'écoulement dans les bras de Varades et de Saint-Georges, à engager suivant leur évolution mesurée lors de la première phase du programme.
  • Prise en compte du fonctionnement des bras de l'île Delage, du Bernardeau et des Babins.

Par ailleurs, le programme tient compte des premières actions réalisées dans le lit par Voies navigables de France.

Le coût de ce programme s'élève à 62 millions d'euros. Un important programme de suivi devra être mis en place pour établir l'état de référence avant travaux et mesurer les effets des actions sur le lit, les usages et les milieux écologiques.

Cartographie

Les bénéfices attendus

Les bénéfices du programme sont les suivants :

  • Les actions proposées permettent un rééquilibrage durable du lit mais la remontée des lignes d'eau du fleuve reste limitée (voir figure).
  • Le programme contribue largement à la redynamisation du lit mineur et des fonctions biologiques associées.
  • Il intègre les enjeux de remontée des poissons migrateurs.
  • Il préserve la navigabilité du secteur, tout en ayant un impact limité sur les crues.

Ecart des lignes d'eau à 40 ans pour un début de 220 m3/s en Loire

« Effet du programme d'actions sur les lignes d'eau d'étiage » : les valeurs positives correspondent à la remontée de la ligne d'eau d'étiage produite par le programme d'actions par rapport à la situation future sans intervention

Les effets du changement climatique

Le changement climatique devrait avoir des effets contrastés sur l'efficacité du programme : alors qu'une remontée progressive du niveau marin moyen à l'aval pourrait réduire la pente des lignes d'eau et favoriser le dépôt des sédiments dans le lit, la réduction des apports de sable liée à la réduction des débits (suivant les résultats du projet de recherche ICC-HYDROQUAL) pourrait au contraire augmenter le temps nécessaire à l'atteinte de l'état d'équilibre recherché.