Surfaces marnantes

L'essentiel

Les surfaces marnantes sont recouvertes et découvertes deux fois par jour, au rythme de la marée, par les eaux mêlées du fleuve et de l'océan. Leur superficie entre Nantes et Saint-Nazaire a été réduite de moitié en un siècle, représentant aujourd'hui 2 200 hectares auxquels s'ajoutent plus de 140 hectares à l'amont de Nantes.

Zones de frottement, de stockage temporaire de sédiments, elles forment des milieux particuliers, les vasières, et se concentrent à 80% en aval de Cordemais. Abritant des milliers de vers, crustacés et mollusques par mètre carré, elles constituent une ressource alimentaire essentielle pour les nombreux poissons et oiseaux, sédentaires ou migrateurs, qui fréquentent l'estuaire.

Crédit photo : GIP Loire Estuaire

Illustration, graphique

Représentation schématique des marnages et des surfaces marnantes

Dans l'estuaire, le marnage varie surtout avec les coefficients de marée. Plus le coefficient est fort, plus le marnage et les surfaces marnantes sont importants.

Source : GIP Loire Estuaire

 

Superficies des surfaces marnantes et des surfaces toujours en eau par bief (en hectare) entre Nantes et Saint-Nazaire

Les 2/3 des surfaces marnantes de l'estuaire se situent entre Paimboeuf et Saint-Nazaire. Sur ce secteur, près de la moitié de la superficie est marnante ; l'autre moitié est considérée toujours en eau.

Source : GIP Loire Estuaire

 

Carte

Principaux types de surfaces marnantes

Source : GIP Loire Estuaire